Ramadan, retour à l’essentiel

Rédigé par Famille Musulmane

Certes, Ramadân est un mois de privation, de discipline et de progression. Il y a ceux qui le voient ainsi et s’efforcent d’obtenir la satisfaction d’Allah Le Très-Haut (Subhânahu wa ta‘âlâ). Il y a ceux qui suivent ses obligations, sans effort particulier, espérant la récompense de leur simple obéissance. Puis il y a ceux qui, malheur à eux, le négligent sans scrupule, sans honte. Ne perdons pas de temps avec ceux qui savent, tout en refusant de réfléchir.

Cet article adresse 4 CONSEILS, à tout muslim, à tout homme, afin que RAMADAN soit SIMPLEMENT, un retour à l’essentiel.

Le Prophète, Paix, Prières et Bénédiction d’Allah L’Exalté sur lui n’a-t-il pas dit : « La religion c’est le bon conseil » (Ad-Dînu n-Nâsiha).

1-OBSERVEZ LA CREATION D’ALLAH Le Très-Haut (Subhânahu wa ta‘âlâ). C’est ainsi que se développe la Foi. Dans nos modes de vie industrialisés et citadins, combien peu d’hommes prennent le temps d’observer la nature. Les 1ers croyants n’avaient pas besoin de tant d’arguments, de livres de science, de paroles de savants, et pourtant, leur Foi était plus ferme et bien moins chancelante que la nôtre. Ils observaient, méditaient.

N’est-ce pas au cours d’une longue habitude de retraite au sommet de jabbal -n-Nûr que se forma la Foi du Prophète ? Seul, face à la puissante création d’Allah, l’homme ressent sa simple mesure dans cet univers et sa méditation rime automatiquement avec soumission. Chacun a besoin de ressentir cela.

2-APPRENDRE soi-même (et enseigner à ses enfants) à SE SERVIR DE SES MAINS et de SA TETE, c’est-à-dire à se débrouiller, à être autonome, à développer ses capacités et son intelligence.

Il suffirait d’une guerre, d’un tremblement de terre, pour que l’homme réalise qu’il n’a rien et qu’il n’est que peu de chose sur cette Terre. Il suffirait de la venue et de l’appel du dajjal pour que (tel le joueur de flûte de Hamelin entraînant les enfants) l’Humanité le suive. Car en son temps, il n’y aura plus de biens, ni eau, ni nourriture pour toute une masse d’hommes incapables de se débrouiller, de s’efforcer, de prendre en charge ses trop multiples besoins et lui, il viendra avec toutes les richesses dans ses mains, pour nous séduire et nous pousser à faiblir.

Notre société est riche, mais nous n’avons jamais été aussi pauvres ; et nos enfants le sont tout autant, même s’ils ont un livret d’épargne qui les attend, même s’ils sont dans les meilleures écoles, parce que nous ne leur léguons pas ce qui peut les sauver (comme c’était encore le cas une génération en arrière) : le sens et la valeur des choses (« suer de leur front » pour obtenir une chose) et à utiliser leur intelligence dans la vie.

N’attendez rien de l’école, elle n’apprend pas cela aux enfants, elle leur enseigne seulement la dépendance au lieu de leur expliquer comment se débrouiller dans la vie. Elle leur dit : il faut être comme tout le monde, attendre ceux qui ont des difficultés, accepter de faire et refaire sans avancer (jusqu’à perdre sa curiosité et le goût d’apprendre), ne pas prendre d’initiative. Cherchons donc l’autonomie, rendons nos vies intelligentes et donnons-en exemple à nos enfants.

3- CHERCHER L’EQUILIBRE. Cela concerne en premier le mode de vie : alimentation et sommeil. Chaque parent devrait avoir autorité chez lui pour cela. Se nourrir simplement et peu, dormir tôt et se lever tôt (en suivant le rythme des saisons calqué sur les horaires des prières quotidiennes), voilà l’exemple donné par le Prophète (PPB) et les premiers compagnons.

Quant à l’alimentation, tout prouve aujourd’hui que se nourrir sainement c’est favoriser les produits naturels et non industrialisés. Pressez vos fruits avant consommation, faites des gâteaux maison, cuisinez vos plats, simplement. Décidez en commun d’une journée, puis deux, … par semaine, où toute la famille mangerait sainement, pour revenir à l’essentiel et être au plus près de l’exemple des anciens pieux.

Finalement, le Muslim devrait COMPARER TOUTES les DIMENSIONS DE sa VIE, en termes de simplicité, avec celle du Prophète (vie quotidienne, personnelle, travail, apprentissage, relations sociales…).

C’est d’ailleurs pourquoi mettre l’accent sur l’interdit (halâl/harâm), [même si connaître les limites est nécessaire pour ne pas dévier], est bien souvent inefficace. Il y manque un brin de réflexion ou le SIMPLE BON SENS. C’est ainsi qu’on verrait plus souvent les hommes dialoguer (entre eux ou dans leur famille) au lieu de lever le poing. L’ISLAM EST LA RELIGION DU SIMPLE BON SENS. Ce sont les hommes qui rendent son chemin tortueux, privilégiant certains de ses aspects et occultant les autres.

4-APPLIQUER LE HADITH sur L’INTENTION (le 1er dans le Recueil de l’imâm An-Nawâwî). À chaque jour, veiller à renouveler notre intention derrière chaque chose (Tashdîd an-Niyya) car ne restera des efforts (du plus petit : tel que préparer un repas, partir au travail – pour nourrir sa famille, au plus grand : participer à un grand projet, humanitaire ou autre) donc, ne restera de nos efforts absolument rien sauf ceux qui étaient accompagnés d’une intention sincère : Assumer ses responsabilités par obéissance à Allah, chercher au quotidien les bonnes actions et en la moindre chose, la satisfaction d’Allah Le Très-Haut (Subhânahu wa ta‘âlâ). Tashdîd an-Niyya avec pour but Al-Âkhira.

Dans Sûrat Muhammad (S.47 – Aya 33), Allah Le Très-Haut (Subhânahu wa ta‘âlâ), nous appelle :

« Ô vous qui avez cru ! Obéissez à Allah, obéissez au Messager, et ne rendez pas vaines vos œuvres. »

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez nos derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous désirez annuler votre commande ?

Soumettez-nous votre demande d’annulation de commande via ce formulaire ci-dessous. Nous y répondrons dans les plus brefs délais !