La place de l’homme, c’est à la mosquée !

Rédigé par Famille Musulmane

Dans le fonctionnement de nos sociétés, chacun bataille pour parvenir à accomplir ses 5 Prières à l’heure, ou avec le moins de retard possible. Inutile de rappeler toute la Sagesse de notre Créateur dans le fait d’avoir placé nos Prières en des temps déterminés (mawqûta). Un volume ne suffirait pas à en décrire tous les bienfaits et avantages pour l’âme, l’esprit et le corps.

Alors, il y a ceux qui essaient toujours de préserver cela, puis ceux qui, sans trop de résistance, se font une raison et n’éprouvent plus de scrupule à cumuler 2, 3 puis toutes les prières en fin de journée. Mais peu sont nombreux ceux qui tiennent sur cette voie glissante sans finir par abandonner 1,2 puis toutes leurs prières. Combien mieux valait-il pour eux se fier à la Sagesse de leur Créateur, qui connaît les risques encourus par sa créature quand elle s’éloigne de la voie de rectitude. Et dans ceux qui « résistent », combien font l’effort de se déplacer à la mosquée, chaque jour, ou de temps en temps, ou seulement le vendredi, ou… ?

Al-Hamdu li-Llâh, il y a aussi ceux qui luttent (et notre Religion est une lutte en nos âmes et nos vies) pour maintenir cet Equilibre voulu par notre Seigneur Tout Savant (Al-‘Alîm), Tout Bienveillant (Ar-Ra’ûf). Ils s’efforcent d’être réguliers dans leurs prières et ne les décalent qu’en cas d’impossibilité extérieure. Et ils s’efforcent d’aller à la mosquée autant que possible, par obéissance envers l’ordre de notre Seigneur. Et Allah reconnaîtra leurs efforts !

La question est donc celle-ci : dans TA vie, où est la mosquée ?

Si chacun s’amuse à répéter « la place de la femme, c’est à la cuisine » alors nous déclarons haut et fort, avec sérieux : « La place de l’homme, c’est à la mosquée ». Par quelle autre cause pensez-vous que l’Islam et les Musulmans se soient comme « endormis » ? Certes, il y a d’autres raisons (et le délaissement de la compréhension du Qur’ân vient en premier), mais celle-ci (qui lui est liée) est principale.

La mosquée a toujours été un lieu de vie, d’apprentissage, d’entraide. Qu’est-elle aujourd’hui ? Vidée de ses hommes, elle ne peut qu’être vidée de son sens et de ses fonctions.

Les excuses des premiers sont le manque de temps. Nous leur demandons : « Ô jeune, ô père de famille, sois honnête envers toi-même, combien d’heures passes-tu devant ton écran chaque semaine ? »

Les excuses des autres sont de vagues craintes liées à l’actualité, à la politique ambiante, à de pseudo différences de « doctrine ». Eh mon frère, les ruses de shaytân sont multiples ! Prétends-tu qu’un mal se trouve dans la mosquée ? Certes non, alors pourquoi fuir ?

Le pire de tous ceux-là, ce sont ceux qui jugent leurs frères en les critiquant, ouvertement ou dans leur for intérieur, et qui pensent valoir mieux qu’eux (Anâ khayrun min…), qu’ils sont dans l’erreur, qu’il est inutile de se mêler à eux ou alors qu’il vaut mieux les éviter. Qu’en savez-vous ?… Allah L’Exalté dit :

« Ô vous croyez, qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles… »

Et même si c’est vrai, un tel comportement est-il logique ? Si tu es réellement meilleur qu’eux, alors tu te dois de leur apporter ce meilleur qui est en toi, si tu penses qu’ils se trompent, alors tu te dois de raisonner avec eux de la plus belle manière, car les Musulmans sont tous frères. Par quel égoïsme et orgueil les laisses-tu ainsi ?

Et si tous « les meilleurs Muslims » fuient les mosquées, quand reprendront-elles vie ?

D’autres encore finiront par dire qu’entre le travail et la mosquée, ils n’ont plus de temps pour leurs familles. À ceux-là nous demandons, et comment le Prophète (BS), homme hyper-occupé, trouvait-il alors du temps pour les siens ? Il aidait sa femme dans ses travaux domestiques et donnait de l’affection aux siens (surtout aux enfants), échangeait avec ceux qu’il connaissait (ou non) et le rappel de Dieu et du bien étaient sans cesse présent sur ses lèvres. Et toi ? … Tout cela ne “prend” pas du temps, c’est au contraire le temps de cette vie ! Et toi, ô Muslim, que partages-tu de l’Islam avec les tiens ? Et surtout, quel exemple laisses-tu à ton fils si tu ne lui montres pas la mosquée ? Soyons réalistes, à ce rythme-là, d’ici une génération, toutes les moquées seront fermées, non à cause de lois, mais par notre propre négligence ! L’exemple du Prophète (BS) est bien loin, mais ce défaut de présence dans les mosquées trahit cette triste réalité : l’Islam n’est pas à la base de nos vies et la recherche du bien a depuis longtemps été dépassée par la recherche des biens de ce monde… Ô Rijâl, n’est-il pas temps pour vous de retrouver votre place et d’œuvrer ? Allah L’Exalté dit :

« Le moment n’est-il pas venu pour ceux qui ont cru, que leurs cœurs s’humilient à l’évocation d’Allah et devant ce qui est descendu de la vérité [le Coran] ? … »

Dans notre sphère professionnelle, patientons-nous face à chacun ? Certes oui, car l’intolérance envers les autres rend impossible tout travail durable. Et chacun est prêt à faire des efforts pour conserver ses moyens de subsistance ici-bas. Alors, mon frère, où sont tes efforts pour conserver ta place dans la mosquée ?

O Rijâl, cessez de vous voiler la face, votre place est à la mosquée où il y a tant de bien à faire et de choses à organiser : Évoquer et se rappeler votre Seigneur entre vous (pour augmenter al-Imân et la confiance en Lui, Tawakkul), aider à l’effort d’éducation des jeunes et des enfants (cours d’arabe, cercles de lectures ou récits de vie pour les plus jeunes, soutien scolaire, groupes de discussion parentale, maraudes…), établir des actions qui, même si elles sont isolées et ne représentent qu’une goutte d’eau dans l’océan, ont une grande valeur auprès d’Allah, renforceront votre foi, vous apporteront la fierté d’être Muslim, guideront vos âmes sur le bon chemin en dehors duquel il n’y a que perte et inutilité (til). Comment peut-on dire (parce qu’on l’a appris) : « oui, je sais, Allah nous a créés pour L’adorer » et ne pas réaliser tout le sens, toute la responsabilité et tout l’amour d’une telle vérité ?

Un dernier exemple fera comprendre pourquoi cet article a été écrit. Près de chez moi, chaque jour d’été, malgré la chaleur, l’envie de sommeil ou de distraction, une petite association a poursuivi ses activités autour du Coran et de la langue arabe, pour tous ceux et celles qui n’ont pas pu partir en vacances. Et les enfants que je croisais, petits et grands, étaient bien contents de s’y retrouver. Quant aux hommes (Rijâl), chaque jour, par groupe de deux, ils sillonnaient bénévolement « le quartier » pour en améliorer la propreté. Vous le feriez ? … Et pourtant, c’est un bon exercice pour dominer son âme et l’éduquer. Et c’est une action citée dans la tradition prophétique comme louable.

À quand les hommes de demain ? À quand le retour de la vie dans nos mosquées ?

J’atteste qu’il n’y a de Dieu Digne d’être adoré qu’Allah et que Muhammad (BS) est le dernier des Messagers.

Cet article vous a plu ? Partagez le en un clic !

Découvrez nos derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous désirez annuler votre commande ?

Soumettez-nous votre demande d’annulation de commande via ce formulaire ci-dessous. Nous y répondrons dans les plus brefs délais !